accueil bernezac.com
Tourisme et Vacances sur la Côte Atlantique, Charente-Maritime, estuaire de la Gironde, Poitou-Charentes
voir faire connaître deguster se loger
La Place Forte de Brouage

Brouage, vue aerienne avec bastions et courtines

Vous êtes ici: Accueil > Voir > Brouage
Twitter
facebook
you tube logo
 

Informations pratiques

> première visite - qui sommes-nous

> situation géographique

> comment venir

> La Charente-Maritime

> le climat

> les passages d'eau, bacs-ferry

> contact

 

 

 

Campings Charente Maritime
 
residences de vacances en Charente Maritime
 
hظ├ق╛║tels en Charente Maritime
 
chambres d'hظ├ق╛║tes en Charente Maritime

 

 

vins.wine oenotourisme Bordeaux et Charentes
 
 
 
 
 
 
 
LES INCONTOURNABLES

La Rochelle
La Rochelle

Royan Charente-Maritime
Royan

Rochefort
Rochefort

Saintes
Saintes

Bordeaux
Bordeaux

Poitiers
Poitiers

Cognac
Cognac

La Tremblade Ronce-les-Bains
La Tremblade
Ronce-les-Bains

Niort
Niort

Marais Poitevin
Marais Poitevin

Chatelaillon-Plage
Châtelaillon-Plage

Fouras
Fouras

Saint-Palais_sur_Mer
Saint-Palais-sur-Mer

Vaux-sur-Mer
Vaux-sur-Mer

La Palmyre Les Mathes
La Palmyre
Les Mathes

Saint-Georges-de-Didonne
Saint-Georges-de-Didonne

Meschers
Meschers

 
   
LES ILES

ظ├آ╩le de Rظ├ق╛š
île de Réš

ظ├آ╩le d'Olظ├ق╛šron
île d'Oléšron

ظ├آ╩le d'Aix
île d'Aix

ظ├آ╩le Madame
île Madame

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Brouage, une de nos destinations COUP DE CŒUR toutes saisons. Chaque balade à Brouage est un voyage dans le temps, grandeur, décadence, renouveau,... et dans la nature, marais, hérons, aigrettes, cigognes,…

Brouage, Grand Site National

Brouage est classé Grand Site National depuis 1989 et a obtenu le label "Plus beaux villages de France" en 2017.

La découverte de Brouage est un voyage dans le temps, grandeur, décadence, renouveau, rencontre de la Saintonge et du Québec.

A 35 km de Royan, 6 km au nord de Marennes, Brouage est un lieu de promenade de plus en plus fréquenté, ce qui est parfaitement justifié par son histoire, le site et son évolution, la richesse du marais environnant.

Quand on a vu Brouage pratiquement en ruines dans les années 1950, on mesure le remarquable travail de restauration accompli et on a beaucoup de plaisir à visiter et revisiter le Brouage d'aujourd'hui.

Un accès facile, par le nord ou par le sud

La route départementale D3 traverse la citadelle.

En venant du sud, de Marennes, on entre par la Porte de Marennes, entre le bastion Saint-Luc et le bastion d'Hiers.

En venant du nord, de Rochefort, par Moëze, on peut laisser la voiture sur le parking à l'extérieur des remparts, près du bastion Royal et pénétrer dans la citadelle par la Porte Royale, percée dans ce bastion Royal, côté nord de la citadelle.

La Porte Royale donnait autrefois accès aux quais. Ce havre côté nord est maintenant réduit à un chenal.

 

La Porte Royale

Cette porte possédait à l’origine trois portails munis de herses qui en fermaient les deux extrémités.
Après avoir franchi ces obstacles et subi de minutieux contrôles, le visiteur pénétrait dans une autre enceinte flanquée d’un corps de garde qui contrôlait l’accès au port au moyen d’un pont levis.

1631, achèvement
1866, l’accès à la ville se fait par la brèche ouverte dans le rempart.

 

Brouage, la Porte Royale, panneau explicatif

Brouage, la Porte Royale, panneau explicatif

 

Brouage, la Porte Royale et le bastion Royal

Brouage, la Porte Royale et le bastion Royal

 

Brouage, entrée nord par la Porte Royale

Brouage, entrée nord par la Porte Royale

 

Brouage, entrée sud en venant de Marennes par la D3, rue de Québec

Une information touristique riche et pratique

Avant de monter sur les remparts ou de flâner dans les rues, il est bon de faire une visite à l'Office de Tourisme, où on trouvera de nombreuses brochures et ouvrages sur la ville et un accueil sympathique et compétent.

L'Office de Tourisme, installé près de l'église, propose également des visites guidées.

Des panneaux explicatifs très clairs sont placés aux points les plus remarquables de Brouage.

Office de Tourisme de Hiers-Brouage:

2 rue de l'Hospital - Brouage 17320 Hiers-Brouage

tél. 05 46 85 19 16

e-mail: hiers-brouage-tourisme@marennes-oleron.com

www.hiers-brouage-tourisme.fr

Horaires des visites guidées: du 1er avril au 30 septembre tous les jours à 15h et du 1er juillet au 31 août tous les jours à 10h30 et 15h.

 

Brouage, la place d'Armes

Brouage, la place d'Armes

Première visite à Brouage

Si c'est votre première visite à Brouage, nous vous suggérons de commencer par la place d'Armes, au centre de la ville, rue de Québec, face à l'église.

La lecture des panneaux explicatifs est un bon moyen pour se mettre dans l'ambiance "Brouage".

Nous reprenons ci-dessous les textes de ces panneaux.

Brouage, les panneaux explicatifs posés au niveau de l'église, côtéla place d'Armes

Brouage, les panneaux explicatifs posés au niveau de l'église, côté place d'Armes

Brouage patrie de Champlain

"Ville de commerce née du sel puis cité militaire, Brouage a accueilli une population cosmopolite.

Brouage, cité de commerce

Champlain serait né à Brouage, entre 1574 et 1580. Brouage est alors une ville récente et cosmopolite sur la façade atlantique. Créée vers 1555, elle devient une place forte stratégique sur le plan commercial, militaire et politique. A cette époque, la France tente de s’installer durablement dans les territoires d’Amérique du Nord.

Les prémices d’une grande aventure

Champlain grandit à Brouage. Son oncle, Guillaume Allène, corsaire et capitaine de navire, contribue à développer chez le jeune Champlain l’esprit scientifique, observateur et aventurier qui transparaît dans ses écrits.

Champlain a consacré 30 années de sa vie à l’installation et au maintien de l’établissement français en Amérique du Nord.

Champlain et Brouage

Champlain quitte tôt Brouage. En mars 1595, il est déjà en Bretagne dans l’armée de Henri IV. En 1630, il vient une dernière fois à Brouage pour vendre ses biens immobiliers. Il meurt à Québec le 25 décembre 1635."

Champlain et ses explorations

Brouage, panneau explicatif CHAMPLAIN et ses explorations

Brouage, panneau explicatif CHAMPLAIN et ses explorations

 

Champlain effectue 23 traversées de l’Atlantique et publie les récits de ses explorations du continent nord-américain.

"Désireux de trouver la route intérieure vers la Chine, Champlain parcourt les rives du Saint-Laurent, le littoral atlantique vers le sud et s’engouffre dans les terres.

1603 Premier départ de Champlain, depuis Honfleur, pour la Nouvelle-France, sous le commandement de François Gravé Du Pont.

Arrivée à Tadoussac, premier poste français de traite de la fourrure. De là, Champlain explore la rivière Saguenay sur 50 km. Il remonte le fleuve Saint-Laurent, passe devant Québec, l’île d’Orléans, jusqu’à Hocholaga (Montréal). Il est arrêté par les rapides du Sault Saint-Louis (Lachine). Il rentre en France et rend compte au roi de ses découvertes. Il publie l’ouvrage Des Sauvages.

1604-1607 Expédition, au départ du Havre, organisée par Pierre Dugua de Mons, originaire de Royan, chargé par Henri IV de fonder un établissement en Nouvelle-France en contrepartie du monopole commercial.

Installation en Acadie, d’abord à l’île Sainte-Croix, puis à partir de 1605 à Port-Royal. Champlain explore 1500 km vers le sud le long de la côte et des rivières, jusqu’au Cape Cod. Il cartographie les lieux.

1607 Dugua de Mons perd son monopole.

L’ordre est donné aux colons de Port-Royal de rentrer en France.

1608 – 1612 Champlain devient le lieutenant de Pierre Dugua de Mons qui le charge de fonder Québec.

Il poursuit ses explorations du côté de la rivière Richelieu, la remonte jusqu’au lac auquel il donne son nom. Le lac Champlain est situé entre les états actuels du Vermont et de New-York.

Il explore aussi l’archipel de Montréal et nomme l’île de Sainte-Hélène en hommage à sa jeune épouse. Il rencontre des Hurons, des Algonquins et des Iroquois.

1612 – 1613 Champlain est nommé commandant de la Nouvelle-France et chef de la colonie.

Il a aussi pour mission de trouver le chemin de la Chine et de rechercher des minerais précieux. Il poursuit toujours plus à l’ouest ses expéditions jusqu’à la rivière des Outaouais, en pays huron.

Il rentre en France en août 1613.

1615 – 1616 Champlain poursuit sa découverte de la Huronie, cartographie la rivière Outaouais, qui sera la principale voie commerciale vers l’ouest pendant des siècles.

1617 – 1635 Champlain multiplie les aller-retour avec la France pour se faire entendre auprès du roi et de ses conseillers avec un double objectif : rendre viable la colonie de Québec et contrer les attaques des Anglais.

 

Ce même panneau "Champlain et ses explorations" nous donne un état très intéressant de l'évolution démographique en Nouvelle-France

1608 - Fondation de l’Habitation de Québec : 28 hommes, 20 décèdent du scorbut et de la dysentrie durant l’hiver 1617

1621 - Emigration de la première famille française au Canada, celle de Louis HEBERT. Naissance dans l’hiver 1620-1621 du premier enfant viable.

1633 - Après la restitution de Québec à la France en 1632, Champlain revient dans la colonie : elle compte alors 227 personnes.

1663 - 2 500 habitants en Nouvelle-France dont environ 500 à Québec.

1688 - 11 562 habitants en Nouvelle-France.

Le grand port de mer de Brouage

"Capitale du commerce du sel, le quai du Port de Brouage connut une activité intense. bricks et hourques venus se charger en sel, négociants flamands, picards ou hollandais discutent les prix avec les courtiers, journaliers halant les tonneaux sur la « grave ».

Place forte, les vaisseaux militaires y furent accostés armés et parfois fabriqués.

Le « Saint-Louis »,la « Victoire », « l’Aimable » sortirent des chantiers de Brouage. Galères, brigandins, frégates sillonnèrent le hâvre, peuplant ce lieu aujourd’hui si paisible, du bruit des voiles et des ordres de manœuvres."

Brouage devient le grand port de mer de Louis XIV. La ville a compté jusqu'à 4000 habitants.

Dans la dernière partie du 17ème siècle, le port commence à s’envaser et c’est le déclin de la cité. Rochefort lui ravit son rôle militaire.

La Forge Royale

Brouage panneau Forge Royale

La Forge Royale est située au bastion Royal

1629 - construction

1966 - restauration

Indispensables à la production du fer de fonte nécessaire aux besoins d’une grande citadelle, deux forges furent construites par Pierre d’Argencourt, dans les flancs du bastion royal. Les deux cheminées permettaient la confection des moules et la fonte de l’alliage pour la manufacture des petites pièces métalliques.

Les canons fabriqués à Brouage sortaient plutôt de la forge de son arsenal aujourd’hui disparue.

 

La Forge Royale dans le bastion Royal

La Forge Royale dans le bastion Royal

 

La Forge prison
Identique à la forge Royale, hormis l’absence d’ouverture sur la rue, la cheminée centrale de la forge prison a depuis longtemps disparu.
Affectée à l’usage de prison depuis la fin du 17ème siècle, de nombreux graffitis retracent cet épisode. Noms de prisonniers, profession de foi ou éloge de la patience, les murs de la forge ont gardé à travers le temps la trace de la souffrance des hommes.

 

 

La Halle aux Vivres

Le Clos de la Halle aux Vivres est situé à l'angle du bastion de La Rivière. Deux bâtiments ont été construits dans ce clos, la Halle aux Vivres et la Tonnellerie.

La Halle aux Vivres est un beau bâtiment remarquablement restauré. A l'intérieur, des voûtes de briques sur des piliers de pierre. On nous dit qu'elle pouvait contenir 720 barriques au rez de chaussée et 300 tonnes de blé au 1er étage!

Elle abrite une exposition du Centre Européen d'Architecture Militaire et reçoit également des expositions temporaires .

Halle aux Vivres

1631 - construction du rez-de-chaussée

1989 - début des travaux de restauration

Pour nourrir la garnison en place même en cas de siège, permettre l’approvisionnement des recrues en attente d’embarquement et pourvoir aux besoins des armées royales, la citadelle de Brouage doit se doter d’un bâtiment à la hauteur de ces objectifs pour y centraliser les richesses de tout l’arrière-pays. Les différentes affectations de la halle aux vivres sont le reflet des mutations de la citadelle jusqu’à son agonie.

 

Brouage - la Halle aux Vivres, entrée

Brouage - la Halle aux Vivres, entrée

Brouage - la Halle aux Vivres, entrée

 

Brouage - la Halle aux Vivres et ses voûtes de briques

Brouage - la Halle aux Vivres et ses voûtes de briques

 

Brouage - la Halle aux Vivres, vue depuis le bastion de La Rivière

Brouage - la Halle aux Vivres, vue depuis le bastion de La Rivière

 

Brouage - la Halle aux Vivres et la Tonnellerie

Brouage - la Halle aux Vivres et la Tonnellerie

 

Brouage - la Tonnellerie

Brouage - la Tonnellerie

La poudrière de la Brèche

Elle est située pratiquement à l'opposé de la poudrière Saint-Luc, près du bastion de la Brèche.

Elle a été édifiée en 1692 par Vauban. Le bâtiment est couvert de dalles. Un panneau nous explique que 40 000 livres de poudre, soit 20 tonnes y étaient entreposées dans de petits tonneaux posés sur des cadres de bois.

Elle alimentait les ouvrages avancés par le port souterrain tout proche. Le deuxième port souterrain était près du bastion d'Hiers.

Brouage, la poudrière de la Brèche

Brouage, la poudrière de la Brèche

La poudrière Saint-Luc

La poudrière Saint-Luc est située au sud-ouest de la citadelle, près du bastion Saint-Luc. Le bâtiment est très élégant avec un toit de tuiles.

 

Brouage, la poudrière Saint-Luc

Brouage et l’amitié franco-québecoise

Vous avez peut-être déjà voyagé au Canada. A Québec, dans la Haute-Ville, sur la célèbre terrasse Dufferin, dominant le Saint-Laurent, au pied du château Frontenac, vous n’avez pu manquer la statue monumentale de Samuel de Champlain, en hommage au "Père de la Nouvelle France" et vous avez lu, sur le socle de la statue,

 

statue de Samuel Champlain à Québec"Samuel de Champlain, né à Brouage en Saintonge vers 1567".

Ne cherchez pas cette statue à Brouage, allez plutôt la découvrir à Québec!

Champlain part de Honfleur en 1603 sur le navire La Bonne Renommée, pour un premier voyage d’exploration et cinq ans après, en 1608, il établit un poste de traite des fourrures à Québec.

C'est l'origine de la ville de Québec.

Québec est prise par les Anglais en 1629. Champlain revient en exil à Brouage et prie dans l’église pour revoir Québec.

Son vœu est exaucé, Québec est reconquise en 1632. Champlain regagne Québec où il décède le 25 décembre 1635. La relation entre le Québec et Brouage ne s’est pas arrêtée au 17ème siècle. Aujourd’hui, le Canada est toujours aussi présent à Brouage.  La rue principale s’appelle la Rue de Québec.

L’église Saint-Pierre, antérieure aux fortifications de la cité, a été restaurée avec des dons de la ville de Québec.

 

 

Brouage, le Nouveau Brunswick...présent à Brouage