Bernezac.com - Trizay, Charente-Maritime, Abbaye et Centre d'Art Contemporain

Utilisez la fonction [imprimer] de votre navigateur

L'Abbaye de Trizay

Trizay, deux grandes réussites, la restauration du Prieuré du 11ème siècle et le Centre d’Art Contemporain.

Pour les amateurs d'Art Roman, de patrimoine, pour les amateurs de manifestations culturelles et artistiques, l'Abbaye de Trizay est une destination qui compte, en saison estivale comme dans le reste de l'année.

Mais Trizay est aussi une superbe balade pour tous dans la Saintonge romane et plus particulièrement dans la vallée de l'Arnoult. C'est l'assurance de quelques heures de sérénité, de détente, dans un lieu à la fois proche et éloigné des flux touristiques.

La vallée de l'Arnoult

Un panneau d'information nous informe sur l'activité qui fait la renommée de cette vallée dans la région, le maraîchage. "Au 10ème siècle, l'Arnoult formait un vaste estuaire au bord duquel se situait le village de Trizay.

L'eau s'est retirée et a laissé place à une plaine riche en alluvions, les "mottes". Le maraîchage qui y est pratiqué depuis le Moyen-Âge, s'est véritablement développé au 19ème siècle. L'Arnoult a été canalisé en 1812. La vallée de l'Arnoult est alors entièrement consacrée aux cultures légumières: choux, carottes, poireaux, artichauts, céleri-raves et les fameuses "mojhettes" haricots blancs demi-sec.

Trizay, étape sur la route de Compostelle

La route préhistorique reliant Saintes à l'Ile Madame fut la première à traverser Trizay, mais la plus importante reste la route de Compostelle.

Un ensemble médiéval imposant

Après avoir parcouru les quelques kilomètres de la route étroite et isolée qui conduit à l’Abbaye, on ne s’attend pas à voir soudain apparaître en pleine nature, un ensemble monumental d’une telle importance.

Avant de continuer jusqu’au parking visiteurs près du bâtiment d’accueil, on peut s’arrêter quelques

instants au petit croisement pour profiter de la vue d’ensemble et imaginer la grandeur et la majesté de l’ensemble à l’époque de son intégrité et de son apogée. On a envie d’en savoir plus sur son passé.

La visite va largement répondre à notre attente.

Le petit bâtiment de l’accueil, harmonieux dans ses proportions, isolé des autres, affirme sa position de gardien de l’ensemble architectural sur la gauche et du paysage bucolique qui s’étend sur la droite. Tout est mis en oeuvre pour faciliter la compréhension des lieux. Les textes de l’Atelier du Patrimoine de Saintonge qui figurent sur les panneaux d’information placés sur les différentes parties des bâtiments, salle capitulaire, réfectoire, dortoir, cellier,... nous font revivre ce monastère.

Le prieuré de Trizay, un ensemble monastique médiéval

C’est le titre d’un panneau de présentation qui nous informe sur l’origine de Trizay :

‘’Le prieuré de Trizay, dont on attribue la fondation à un seigneur de Tonnau-Charente, devint, à une date indéterminée - peut-être dès l’origine - une dépendance de la grande abbaye bénédictine de la Chaise-Dieu en Auvergne. La construction, qui commença autour de 1100 par l’édification de l’église, s’échelonna sur toute la première moitié du 12èmesiècle, semble-t-il.’’

La salle capitulaire

‘’La salle capitulaire, lieu de réunion quotidienne de la communauté monastique, est placée dans l’aile orientale, contre l’église, conformément à la distribution traditionnelle au Moyen-Âge. ...

On peut placer cette façade un peu au delà de 1150 c’est à dire bien après l’ouverture du chantier de l’église. ...

Les six voûtes en croisées d’ogives furent construites au 13ème siècle, sans doute en remplacement d’un simple plafond initial.’’

Le réfectoire

Le réfectoire est une pièce magnifique remarquablement restaurée. Là encore le texte de l’Atelier du Patrimoine de Saintonge nous explique l’évolution de cette salle au cours des siècles.

‘’ Cette grande pièce, la plus éloignée de l’église, accueille toujours le réfectoire dans les abbayes bénédictines. Les repas y étaient pris en commun, en silence, tandis qu’un moine, placé dans une chaire ou une niche, lisait un passage des évangiles. On perçoit ici les deux grandes périodes de construction et de transformation qu’a connu le prieuré.

Du 12ème siècle, ont été conservées les deux fenêtres les plus orientales, des tronçons d’une banquette qui faisait le tour de la salle ainsi que le mur occidental, traité comme un arc triomphal avec trois baies aveugles. ...

De grandes transformations ont affecté ce réfectoire au 15ème siècle, puisqu’on l’a surélevé pour le couvrir de trois grandes voûtes sur croisées d’ogives. Les peintures dont on a orné les voûtains représentaient notamment les symboles des évangélistes.’’

Le Centre d’Art Contemporain

Il ne faudrait pas croire que l’Abbaye et le Centre d’Art Contemporain sont deux entités séparées.

Les artistes exposent dans les différentes salles restaurées de l'Abbaye, peintures, sculptures, tapisseries,...Toute l'année, des expositions sont organisées.

 

 

Marie-Joëlle de Broqua

Exposition de peintures, jusqu'au 14 août 2005

sur deux niveaux, au rez-de-chaussée dans la salle du réfectoire, à l'étage dans l'ancien dortoir et le logis du Prieur.

 

André Bémant

Sculptures, jusqu'au 30 novembre 2005

à l'extérieur et dans l'église

 

Marie-Madeleine Bélossat

Tapisserie contemporaine, jusqu'au 28 août 2005

atelier-exposition dans le cellier

Pour se rendre à Trizay

Trizay est situé au sud-est de Rochefort, à une quinzaine de kilomètres, à peu près au centre du triangle La Rochelle, Royan, Saintes.

Au départ de Royan (35 km) :

prendre la D733 direction Rochefort sur 25 km, sortie Saint-Agnant sur la droite, panneau Abbaye de Trizay, prendre la D123 et ensuite une petite route à droite qui conduit à l’Abbaye Il suffit de suivre le fléchage de Saint-Agnant à l’Abbaye qui est à 5 km de Saint-Agnant.

Au départ de Saintes (25 km) :

Prendre la N137 direction Rochefort sur 20 km, à Beurlay prendre à gauche la D238 qui conduit à Trizay (5 km).

Au départ de Rochefort (15 km) :

Prendre la N137 direction Saintes. A Sainte-Hippolyte, prendre sur la droite la D117 qui conduit à Trizay (5 km).

Notes