Bernezac.com - Côte Atlantique, les Phares

Utilisez la fonction [imprimer] de votre navigateur


Une occasion de visiter un phare, ne la manquez pas, provoquez la, vous ne regretterez pas le petit effort nécessaire pour gravir les marches qui conduisent au sommet et aux superbes panoramas.
La visite d'un phare, ce n'est pas seulement une ouverture vers le large mais aussi un regard sur l'histoire de la navigation et sur les hommes qui en ont permis les progrès.
La nécessité, pour l'homme qui navigue, de reconnaître la côte de nuit comme de jour, a conduit à la construction des phares et à l'aménagement de points remarquables, les amers. L'histoire nous dit que des phares ont été construits dès l'Antiquité. Le phare antique le plus célèbre est celui construit par les Grecs sur l'île de Pharos, près d'Alexandrie, au troisième siècle avant Jésus-Christ. Il était une des Sept Merveilles du monde antique. Il est à l'origine du mot "phare".

Bien plus près de nous, le 17ème siècle a été une période très active dans notre région pour la construction de phares avec l'achèvement du phare de Cordouan en 1610 et la réalisation sous Louis XIV du phare de Chassiron sur l'île d'Oléron et du phare des Baleines sur l'île de Ré.
Le 19ème siècle a apporté des innovations techniques importantes en ce qui concerne l'émission de lumière. Augustin Fresnel a inventé la lentille qui porte son nom et le système optique qui a permis un accroissement considérable de la puissance lumineuse. Il fut expérimenté pour la première fois au phare de Cordouan en 1823. Les inventions de Fresnel ont été perfectionnées et sont toujours utilisées.

Le système d'éclairage est évidemment une partie essentielle du phare. Le mode d'éclairage des phares est passé des feux de bois, de charbon, aux lampes à huile et à pétrole avant de passer à l'électricité au 20ème siècle.
Suite à leur électrification, les phares ont été automatisés. Les gardiens de phare ont souvent été remplacés par des systèmes automatiques télécontrôlés.
Le phare de Cordouan ne fut électrifié qu'en 1951. Il est toujours gardienné.

Aujourd'hui, la Charente-Maritime et l'entrée de l'estuaire de la Gironde offrent une grande diversité de phares, tant par la situation géographique que par le type de construction.
Les principaux sont ouverts à la visite. Les accès et les parkings ont été aménagés pour accueillir les nombreux visiteurs de l'été. Les estivants et touristes ne s'en privent pas. C'est tout à fait justifié. C'est le moyen le plus simple pour voir la côte "d'en haut". Par ailleurs, la montée au sommet en comptant les marches, constitue un bon exercice physique et intellectuel. Et enfin, quelle récompense avec les superbes vues panoramiques.
En ce qui concerne les amers, le meilleur exemple est celui du clocher peint en blanc et noir, de l'église d'Ars-en-Ré.

Le phare des Baleines à l'extrémité ouest de l'île de Ré

La légende dit que son nom vient du fait que les baleines venaient s'échouer sur la côte environnante. Sa construction a commencé en 1849 et il a été mis en service en 1854. Sa hauteur est de 57 mètres et 250 marches permettent d'atteindre le sommet.

Le phare de Chassiron à l'extrémité nord de l'île d'Oléron

La construction du phare actuel a commencé en 1834 et il a été mis en service en 1836. C'est une tour cylindrique, très sobre, de 46 mètres de hauteur. Les bandes noires ont été peintes en 1926 pour le distinguer du phare des Baleines.

Le phare de l'île d'Aix

Le phare de l'Ile d'Aix est original du fait qu'il est constitué de deux tours cylindriques mises en service en 1889 et 1906. La hauteur des tours est de 25 mètres. Il ne se visite pas.

Le phare de la Coubre

Il est situé à la sortie nord de l'estuaire de la Gironde sur la pointe de la Coubre.
Le phare actuel a été construit en 1905. C'est une tour de 64 mètres de hauteur, élargie à la partie inférieure. Il est blanc et rouge et il se distingue par par une petite construction en saillie à mi-hauteur, au niveau du changement de couleur. Cette partie est équipée d'un feu secondaire.

Le phare de Terre-Nègre

Le phare actuel, sur la commune de Saint-Palais-sur-Mer, entre la ville et la pointe de la Grande Côte a été mis en service en 1838. C'est une tour cylindrique de 26 mètres de hauteur au dessus d'une maison de service. Il ne se visite pas.

Le phare de Saint-Georges-de-Didonne

Le phare de Saint-Georges-de-Didonne, construit sur la corniche de Vallieres n'est plus en activité depuis 1969. Il est ouvert à la visite en été.

Le phare de Cordouan

Situé à l'entrée de la Gironde, le phare de Cordouan est le plus original des phares. Original par son isolement, il est construit en pleine mer sur un îlot rocheux qui découvre à marée basse. Original par sa conception, car conçu pour les fonctions de phare, de résidence royale et d'église.
Les qualificatifs se sont multipliés pour le caractériser, le doyen des phares, le plus ancien d'Europe, Versailles de la mer, le roi des phares, le phare des Rois,…
En 1862, il a été un des deux premiers monuments français, avec Notre-Dame de Paris, à être classé monument historique.

vos notes

retour haut de page